Sunday, March 31, 2013


Ivan EVE
Illustrations Annunzio COULARDEAU
CHAPTER ONE, The Tale of Two Brothers and Their Impala 67
CHAPTER TWO, Hitting The Road
CHAPTER THREE, They “Are The Hollow Men”
CHAPTER FOUR, Their Number Is 666
CHAPTER FIVE, And Cain did not slay Abel

And we went down into the mental maze of this American series that turns the car into the supreme weapon to correct the Creation of God of all the mishaps it went through and all the monsters God himself created along with all the rest. What a sloppy achievement for God and what a reckless endeavor for the producers of the series! And the project of the authors was so phenomenal that it could not in any way go through academic acceptance. The endeavor was supported though for a while by some academic master minds in the field of American series but it could not survive a university reading committee in a public university that was looking for the American-ness of American TV series. This series is far beyond hamburgers, Coca Cola and Bourbon. Miles on the other side of the border of suburban American middle class comfort or mild psychosis. Thriving or smoldering in the outer space of standard normality or even digestible crime.


Publisher: Editions La Dondaine; 1st edition (March 28, 2013)
Publication Date: March 28, 2013

Thursday, March 21, 2013


This literature is universal against oppression


This author is a myth in Black literature and in American literature and I insist on the fact that he is part of the American literary heritage, not just Black, far from it. I must say fifty years ago or so I read most of the books by the Black writers of the 1930s and later decades as Black literature. I studied them at the university as Black literature, but in 1972-73 I taught Ralph Ellison’s “Invisible Man” as part of my syllabus of English literature at the University of California at Davis (UCD) and for me then and since then these writers were and have been part of the American heritage, and even part of the English literary heritage.

The second remark is that I read many of these books in the late 1960 in North Carolina. I read them as Black literature and my first reaction was the horror and horrible treatments they were telling about and whose victims were the Blacks. Such way to treat other human beings was just nauseating and there was no other possible reaction but to condemn as inhumane and inhuman the whites who dared treat other people like that; and there was no acceptable reason to submit these human beings to that violence and that obnoxious torture. It was a time when I was supporting Angela Davis in her underground fight against the FBI. It was a time when I just could not consider as human the people who pretended to be the KKK and they could only “pretend” for me because to be KKK was just to proclaim you were nothing, nothing but a mask, nothing but a puppet, nothing but a vacuous non-entity. My attitude was rejection and I was following their demise by American society and their being outlawed little by little, and by far too slowly to my taste.

That was then and that vision of mine prevented me from understanding the power of this literature as literature. I started understanding when I decided to teach Ralph Ellison as English literature, between Shakespeare and Walt Whitman. Obviously today I am looking at this literature with a completely different orientation, not that I would have moved to the anti-Black side, but because I have moved to the wider side of the rejection of all rejections, no matter what it may be, including the economic rejection some people are the victims of because they dare blow whistles that are supposed to keep silent. And I must admit the present book is so much more powerful seen as a perennial literary heritage of the human beings on this earth who are trying to dream a world of justice into existence than just the testimony of extreme mistreatment of one category of people discriminated out of the mass because of their color. There is so much more than that.

The very first level at which we can capture this literature is the historical testimony it represents about the fate of Black people and Communists in the 1930s. The Blacks are submitted to extreme violence not only physical direct violence from one person to another but the inescapable violence produced and procured for them by the society at large, which implies it is done on purpose, the hunger, the lack of everything decent from lodging to clothing, the systematic discrimination and rejection, the use of weapons and blows to menace and impose what the whites want, etc. The education of the young along that line. This is not even criminal. It is basically genocidal. The objective is to eliminate the Blacks though they cannot be eliminated, so they are reduced to some kind of chattel that can maybe walk around provided they remain within some limits of submission and scope. This testimony is important to show how the Post Traumatic Slavery Syndrome is reproduced in the younger generations. The Blacks were educated, though tamed or trained or domesticated would be better, into a certain type of behavior that is founded on the acceptance and the belief that they are nothing more than nothing.

But that would be a lot too short as compared to the literature we are talking of. These Blacks are human beings, so they have another dimension that is systematically shown in these novellas. When a human being is confronted to a difficulty, first he goes to other human beings to face the difficulty together and then they stand against it and try to fight it; negotiate it, get rid of it or solve it. The Blacks are not different and systematically the novellas show how some will necessarily fight back and manage to escape in a way or another and this book shows us quite a few ways.

First, apparent submission and move on to a better place.

Second, though unarmed, resist the aggression and turn the white weapon onto the white aggressor, and then escape if you can: two killed by the white man, who is killed in his turn with his own weapon, one more caught before escape and tarred, feathered and burnt alive, and the fourth one will manage to escape with the help of the Black community. 25% success rate. But the fate is not total and irreversible, and one survives the horror.

Third, you fight back against a natural catastrophe, here a flood. You use a stolen boat to bring your wife to the hospital since she is in birth and cannot deliver. On the way in the hellish conditions of a flood, you are confronted to the owner of the boat who tries to kill you, but the Black man has a gun too, a new thing now, and he kills the white man. Then he can do what he want, save dozens of lives, including that of the wife and two children of the white man he has killed, he will be nearly lynched, then convicted and sentenced to death, but even so he will fight back and run and be killed still free on his legs and not tied up to a tree.

Fourth, the Black man works like hell to buy his farm, his land, and yet a white man will come and will rape his wife, which he cannot accept. He will kill the white man when he comes back to pick up the machine he had tried to sell to the wife, and then he will wait for the lynching squad and he will kill a few before they set his farm on fire and he dies without a sound in the middle of it.

Fifth, we come to the recession and after the recession. A Black preacher is trying to be the intercessor between the white community and the Black community. The Black are hungry and some whites are too. The reds try to organize some demonstration against poverty and hunger. The preacher will refuse to call back the demonstration called up by the reds. He will be beaten up by a band of white vigilantes. Many others, the deacons of his church, will suffer the same  treatment and in the morning he will walk tall at the head of the demonstration and refuse to go up to the mayor for negotiation, forcing the Mayor to come down to the crowd to speak to them. “Freedom belongs to the strong.”

Sixth and last, the Blacks are trying to organize with some whites a red party to fight back against the rich. The whites, sheriff at their head, are catching all those they know and torturing them to know who the others are. This time the story is centered on a mother who has already lost one son and his going to lose her second son in horrifying torture. But she will use the weapon in her house to go kill the white stool pigeon who had managed to get some names out of her. And she and her son, after being shot dead, become “the dead that never dies.”

Hence this book is a tremendous literary piece because it describes in great detail what the human reaction has to be in front of being rejected, excluded, segregated out. It becomes a general and universal testimony of the resilience and resistance and undefeatable courage of human beings in any negative situation. Submission is never the answer. They always reach in their own minds and souls to find the other human dimension that makes them stand and speak and refuse and change the world, even if it takes time and generations of volunteers to sacrifice their lives for the human fire to go on burning. Richard Wright is a tremendous optimist, though he is a realist first and foremost.

And this literature still has two qualities that have to be mentioned. The first one is that religion is directly rooted in that desire to be what they are refused to be. They push their desires into Moses and his crossing if the Red Sea and his taking his people to the promised Land. They are pushing their roots in any other religious character that can show them the way, and of course first of all Jesus. They are ready to die on their crosses under the blows of the whites because they know from Jesus that the future is theirs since their death is the salvation of their people of humanity.

The second tremendous quality of this book is the fact it talks the language of the Blacks mostly and that Black American English is a treasure of philological knowledge and observation that should be studied by linguists as the pure creativity of enslaved people. It is in a way the result of two contradictory movements. On one side the fact that they are denied proper education by the whites, and on the other side that they do not want to speak like the whites because they are not, so they create their own language which is some kind of creolized English. They are creators because they are creolizers.

So don’t cry on the characters and don’t make people cry on them. They are the star that can lead us to the liberation of all oppressed people in this world. They stand and speak for the Jews (p. 260), the socially, economically, religiously, sexually, culturally or ethnically oppressed by some superior entity. It is not revolutionary in the communist meaning. It is evolutionary in the human meaning: always one step forward for the whole humanity and not one step forward for a few and two steps backward for the many.


Monday, March 18, 2013


Just uploaded on


Audio-Visual Lexicons

The following lexicons were published by myself on the Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne Internet site as resources for English students in 2006-2010. Apparently they are still on the site.

These lexicons were for MA Students I had in English. They were majority in the history of audio-visual art and technology

Things and words are changing very fast in these industries and the English of them is also slightly different if we are in the USA (Note a certain snobbism of using French words in Los Angeles like “mise en scène” or “mise en abîme” and they respell the second as “mise en abyme”), in Canada (that outsources a lot of productive work from California) or Great Britain, not to speak of the international market.

I guess these will be quite a good introduction to the material needed to master the language of audio-visual art and technology (not too technological though).

English – Audio-Visual Lexicons

Ce dossier contient toutes les ressources collectées sur l’Internet, mais aussi au long d’une longue expérience dans la domaine de l’audio-visuel (essentiellement BTS et Licence Professionnelle) ainsi que par expérience professionnelle dans ce domaine.

La ressource principale sur l’Internet reste le site (Internet Movie Database, une branche de la planète Amazon). Les ressources grand public gratuites y sont énormes et les ressources professionnelles à accès limité y sont encore plus importantes. Ce site n’a pas d’équivalent en France, ni même ailleurs dans le monde, du moins dans une des langues les plus courantes.

La protection de ces ressources est pour certaines sections libre du fait de leur existence ouverte sur l’internet, pour d’autres elle est sous copyright (ou droit d’auteur moral et patrimonial) d’auteurs précis, Pr. Hugues Lebailly et  Dr Jacques Coulardeau en étant les principaux, et la mise en page et le travail de relecture, correction et collectage est sous copyright, ou droit d’auteur, de Dr Jacques Coulardeau et du Service Général d’Enseignement des Langues de l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne en tant qu’éditeur.

Toute utilisation académique par les étudiants et les enseignants est encouragée, étant bien entendu que toute utilisation mercantile ou de publication seconde est soumise à l’agrément des détenteurs du copyright, ou droit d’auteur.


1- FIRST LEXICON                                                                                     PAGE 2

2- SECOND LEXICON                                                                               PAGE 13

3- FIRST EDITING GLOSSARY                                                               PAGE 27

4- SECOND EDITING GLOSSARY                                                         PAGE 29

5- THIRD FILM EDITING GLOSSARY                                                    PAGE 30


HELPFUL TERMS, CONCEPTS AND   ADVICE                                 PAGE 37
7- GLOSSARY OF VIDEO EDITING TERMS                                        PAGE 42

(collected for Sorbonne students for the main part
by Professor Hugues Lebailly)                                                               PAGE 51

CREDITS OF THE FILM APOCALYPTO                                               PAGE 59

10- IMDb - MOVIE TERMINOLOGY GLOSSARY                                 PAGE 71

Sunday, March 17, 2013


Willie Lynch is an abomination


This book is not extremely important in its content. It is capital though in its historical role and value. Willie Lynch is the one who came from some English speaking West Indies to Virginia in 1712 and told, taught actually, the local planters how to traumatize Black slaves into becoming submissive slaves. The technique is simple and horrible: frighten them s***less, rip a few apart after tarring them with hot tar, feathering them with chicken feathers and setting them on fire with simple matches, and then let the two horses be tied each one to one leg and be whipped into running in opposite directions. The black rebellious still not yet slave who will never be a submissive slave is torn apart like a chicken wishbone. One should be enough… at least for a while.

That Willie Lynch willed his name to the lynching practice. He is a famous person indeed, and his fame will still last some more centuries.

Apart from that the book is a good example of the treatment that lasted from 1619 till January 1865 and the passing of the thirteenth amendment. That’s a very long time and that kind of a trauma is bound to survive the abolition of slavery for a long time, especially since it will take another full century to finally give the descendants of the Black slaves the right to vote and full protection of the law in 1964-65, though the fourteenth amendment gave them the full protection of the law and the fifteenth amendment gave them the right to vote just after the Civil War.

Some practices are die hard habits with the exploiters of other human beings reduced to chattel.

At least you will understand what the Post Traumatic Slavery Disorder or Syndrome is and you might realize that full healing is still not quite reached for some of these descendants. By the way this Post Traumatic Slavery Disorder, or Syndrome, is the absolute proof that behavior is transmitted from parents to children, from social environment to children. Those who negate that fact in the name of freedom and because Skinner made it a hateful segregationist principle, are wrong, be they called Noam Chomsky, Jeff Hawkins or Ray Kurzweil. When we understand that PTSlaveryT/S we can then look for a cure and bring these descendants finally back into our society and out of the pale of their history without burning their heritage.

Behavior is not the sole result of mental free “intelligent” choices but is, alas, three times alas, the result of die-hard habits transmitted from one generation to the next, not genetically but educationally, ideologically, religiously, etc.





This book is essential because it is quoted over and over again by those who are afraid of what is next on our human agenda if we let intelligent machines take over in the perspective more or less blazed by Ray Kurzweil. They all see a scientific and technological apocalypse in the hands of the technicists, those totalitarians of nanobots and other technical monsters of the knowledge-enabled machines. And of course these gurus of the end of the world all read the book up to the last twenty pages and just forget those last two or three chapters.

This book is essential though to explore what humanity would be if one mad scientist could take over the world by injecting into it a crazy plague of modern configuration, that is to say of genetic conception. The world would panic first of all and then it would take the strictest possible measures to clean up the plate, stop the plague and boost scientific progress and research to find a cure. But the book is so much more.

First the man scientist is described as being made schizophrenic by an event that kills all his family, wife and children and his desire to get avenged leads him into building himself a second identity to escape the herds of cops and vigilantes and bounty hunters once his vengeance is on tracks and then this second persona becomes the carrier and host of the mad scientist under this secondary identity and his schizophrenia is unsolvable. It has to run to its end and its end is to run away into madness, insanity, complete absurd mythology, to become a saga, an extra-natural being, a bad fairy and yet a feared little green man in Ireland, the place of his ordeal.

Second the book is very good at describing the relationships between the scientists who are needed to find the solution, politicians who try to keep the planet on its orbit and the military people who are endowed with the power and task of eradicating all groups, small or large, that could menace the security and welfare of the survivors. Herbert chose a very sensitive target: women and interestingly enough he does not spend that much time describing the ordeal and completely loss of soul, mind and spirit of these males reduced to their own means. The situation is sexual and the crisis is sexual but the book is discreet about that level which is present but between the lines more that in the text itself. It is true Herbert is building all his Dune fiction on a sexual speculation about producing the perfect line of perfect human leaders who could become immortal if necessary, but the sexual part of that sexual game is never really describe.

Third the book is a picaresque book that makes a band of four men, the mad scientist under his fake name, the terrorist who set the bomb that killed the mad scientist’s family, a priest who has survived a mob attack on his religious institution where hundreds of priests and other Catholic personnel were killed, and finally a mute boy, the only survivor of his family though we will never know what happened really. He will remain without a name till the very last but one chapter where he will be named Sian.

Fourth it is obvious Herbert is settling some accounts with Ireland, and particularly the Irish, and secondarily with the Catholic Church. He does not miss one detail and one occasion to give some more details about their degenerate immorality as the result of some strict and dogmatic, not to say fundamentalist preaching, teaching and coercing from that church to keep their sheep in the right path, in the right meadow, in the right awe and fear in front of a punishing over-moral God. And it is all o vercompensated with criminal violence and alcohol galore.

But fifth, last but not least, or is it least but not last, or rather worst but not last, he shows that the future is never written ahead of time no matter what, that evil is human and not extra-anything you can imagine, that from evil always comes some good, be it in this case the complete purge of humanity and the reversal of sexual roles, the surviving women becoming the queens of the earth for several generations at least, as long as it will take to bring the balance of sexes back to one man for one woman and vice versa. This is founded on a deep belief in Herbert that humanity has a long history of insane developing phases separated by catastrophic periods that brought humanity back to some reason and sanity. History always brings crazy criminals down to their knees and humanity can start anew after that leveling of the crazy ones who had managed to seize power, even democratically, which is a lot simpler than with pure force.

In other words his deepest belief is that if humanity is left free to develop all it is able to develop, particularly science and technology, it will create a redeeming and epiphanic purge that will bring humanity back to some humility and at the same time endowed with some higher understanding that for a while you have to play it simple and discreet, but that will not last very long because democracy will bring those who found the cure (like the scientists who invented the Atom Bomb) or those who maintain the social peace during the crisis (like the SS) to power and then we may get into another hellish vicious circle, and they called that the Cold War after the SS and the Atom Bomb were put away in some cupboard for later use eventually, CIA versus KGB, and the  famous Balance of Power and Deterrence Theory.

And yet Herbert remains an optimist. He may conclude, “in the long run, it is impossible to stand in the way of the exploration of truth. Someone will learn, somewhere, sometime.” But no matter own deep the scourge will be humanity will get out of it restructured and probably stronger.

We could though regret the fact that the book is slightly slow but understanding the details of this situation was needed to understand the full message.




Is That a saga or is it history ? We can ask the question and wonder. The inspiration from Walt Whitman is quite obvious and strong, showing Lincoln as the father of the nation able to filibuster like any other senator or representative, sacrificing his own life, his own wife, his own sons to the only objective he had in mind: to save the union by defeating the secessionists, which he did.

But the film centers on the crucial period after Gettysburg and the famous address, after the “government of the people, by the people, for the people” till his death and his funeral. Those crucial two years of his presidency and of his legacy. To finish the war he had to cast in iron the freeing of the black slaves and that could only be performed with a constitutional amendment to the constitution, the thirteenth to be more clear, and then the rest and the next two amendments are what will come after him. This battle is essential and Spielberg plays with the situation with obvious pleasure. Votes of representatives or bought up, not with money but with administrative jobs. The promise of defeat to some Democrats in the North is also vastly used when necessary.

In that debate in the House of Representatives in January 1865 some declarations by the slavery-leaning conservatives are funny in retrospect: menacing the House with the Black vote, with Black Representatives and Senators, and after that where will they stop? The menace of the vote of women and all other catastrophes that could happen if the Black slaves were finally freed by the Constitution. And the vote was won with a simple argument: “I am not for the equality of all things, but only for the equal rights of everyone in front of the law.” A typical compromise on the side of the anti-slavery camp. The US Constitution cannot declare everyone equal in real terms but only in rights. Yet it will take one more amendment for that principle to become true, the fourteenth amendment that is at the core of the debate on same-sex marriage right now, the Supreme Court’s decision pending on the subject.

This is so true indeed that what is important is not the real equality of people in material terms but their equality in rights. Then the equality in real material terms has to be built, constructed, won step by step, one step at a time. That’s the American way. They do not look after every single individual case, but they state in general terms rights for everyone and then everyone is supposed to conquer the implementation of these rights. Real equality for the Black slaves was won only one century later, in 1964-65 with the laws on equal rights and the vote, one century after the full freeing of the slaves. A long, very long time and delay, but that’s what it took for the slaves and then their descendants to get beyond the Post Traumatic Slavery Disorder (or Syndrome), for them to re-conquer their soul, rebuild their mind, reconstruct their self-pride and their future. And it took them more than forty more years to reach the top, and yet the President is not a descendant of slaves. The trip to equality is not complete yet, but it will be some time soon now.

The film insists on a picture of Abraham Lincoln as a fast aging man surrounded by personal tragedies, like the loss of a first son to the war, and then the enlistment of his second son against his mother’s wish and his father’s advice, and then the crazy emotional state of his wife who is constantly oscillating between headaches and breakdown, with some moments of sane political vision. She was instrumental in Lincoln’s life and decisions, but not as a direct inspirer, rather as an obstacle to negotiate, and that obstacle when negotiated opened doors to the next step or steps on the road to eternal gratitude of the Black people, by the White people and for the Black and the White people. Lincoln turned Gettysburg from a deadly defeat to a shining victory, and of the whole humanity as for that. We still owe him a bundle.

The last element to say is of course about the marvelous performance of the actor. It is a challenge for any actor to impersonate a historical character of this magnitude. Daniel Day Lewis is one of the greater American actors in the line of the greatest like Dustin Hoffman or Jack Nicholson in the previous generation. It is so difficult to embody both the crumbling physical shape of the man and his building up resolve and stamina on the essential question that will make history, unluckily after his death. A brilliant performance.

Think when you see the film of what the Lincoln Monument has become in Washington D.C. and you might understand the depth of this history in the making that is only coming true today nearly 150 years after the end of the Civil War. I will regret though the fact that Grant’s and Sherman’s sweeping fire trail down into the Deep South in 1864 and 65 is only alluded to and not shown. The horror of the war is rather discreetly evoked with one or two strong pictures here and there but very little altogether.



Comment le savoir en définitive? Simple, mon cher Watson, élémentaire. Quelles sont les recettes employées par Steven Spielberg ? Des plus élémentaires bien sûr : un personnage historique, une période historique, un acteur surdoué et le tour est joué.

Steven Spielberg prend Lincoln et en fait une icône cinématographique dans un film qui fera date dans l’histoire de ce personnage qui a son monument à Washington, un monument qui sert de point de ralliement de toutes les grandes actions pour la liberté, que ce soit pour les Noirs en premier lieu, mais aussi pour toutes les autres causes. Lincoln est le Président qui en a vu passer par millions, des pèlerins à ses pieds monumentaux. Nous ne pouvons pas comprendre cela en Europe puisque nous n’avons pas de monuments de ce genre à la gloire de nos anciens leaders. En Europe il ne doit guère y avoir que Lénine qui a un tel monument à Moscou et la Reine Victoria devant Buckingham Palace à Londres, et ce n’est en définitive qu’une statue au milieu d’un rond point. Il y a bien sûr des statues de rois, d’empereurs, des arcs de triomphe et des colonnes Vendôme ou des obélisques, mais pas de monuments à nos chers anciens dirigeants. On semble préférer donner leurs noms à des hôpitaux, des musées, des ponts, comme le Centre Pompidou à Paris, le futur Musée du Quai Branly qui devrait prendre le nom de Jacques Chirac après sa mort, ou le Pont Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux. Et puisque nous sommes à Bordeaux il y a bien sûr la Colonne des Girondins, mais c’est un cas un peu spécial et plus personnes ne sait qui étaient les girondins, même à Bordeaux, même en Gironde. Peut-être simplement l’équipe de foot.

Steven Spielberg ensuite réduit le film aux deux dernières années de vie, ou de survie, et de mémoire éternelle, de la vie de Lincoln de Gettysburg à sa mort, du « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » à l’annonce de sa mort et à son éloge funèbre. Et cela lui permet de concentrer l’entier du film sur le vote du treizième amendement de la constitution. Pour conclure la guerre civile il devait couler dans le marbre et taille dans la fonte la libération totale des esclaves qui n’avait été jusque là qu’une émancipation comme mesure de guerre et d’appropriation des biens des rebelles, mais ces biens, les esclaves en l’occurrence, avaient ainsi été traités comme une marchandise, une propriété et non comme des hommes. Il fallait finir le travail pour faire l’histoire et cela fut fait par une majorité de deux voix, dont celle du Président de la Chambre des Représentants. Et Spielberg ne nous épargne rien sur les manœuvres et les magouilles nécessaires pour faire voter vingt démocrates du nord pour cet amendement. La ratification ensuite n’était rien car les états du sud reconstruits après la capitulation ne s’opposeront pas ouvertement à une mesure devenue incontournable, surtout – une erreur dans le film – que la Louisiane voterait pour mais la Louisiane avait réintégré l’Union dès 1862. Un héritage direct des Français dans cette région de l’Amérique. De même le Tennessee avait plus ou moins abandonné le Sud et était prêt à réintégrer l’Union.

Steven Spielberg ajoute à cela une dose d’histoire personnelle avec les drames familiaux de Lincoln, la perte d’un fils dans la guerre, le dilemme avec un second fils qui veut s’engager, et le fera contre l’avis de sa mère et de son père qui, ce dernier, cependant cèdera à la dernière minute en janvier 1864 pour que ce fils ne porte pas toute sa vie le drame ne n’avoir pas servi son pays dans une heure noire de son histoire. La femme de Lincoln oscille entre l’hystérie maternelle, les migraines et les moments où elle s’élève au-dessus de sa mêlée et voit la perspective humaine que le Président, son mari, essaie de tracer.

Et c’est là le plus beau de ce film. Il démonte les arguments conservateurs simplement en les exprimant : la peur contre le vote des quatre millions de Noirs, puis contre le vote des femmes, puis contre des députés et sénateurs noirs, et en cette année 2012-2013 qui a vu la réélection du premier Président noir, il n’y a pas à faire de longue démonstration. Mais le treizième amendement ne sera voté de justesse que parce que les anti-esclavagistes s’élèvent au-dessus de leur mêlée et imposent une vision américaine à cette libération des esclaves. Il ne s’agit pas de prêcher et acter dans la constitution l’égalité de tous dans la réalité matérielle, car la constitution ne saurait viser à cela, mais d’acter l’égalité en droits de tous devant la loi et donc la justice. Il faudra cependant le quatorzième amendement pour spécifier cette égalité devant la loi et cette égale protection de tous par les instituions légales des USA, et encore le quinzième amendement pour donner le droit de vote aux Noirs, vote qui ne sera acquis qu’en 1965 avec une loi sur le sujet.

C’est là la beauté de ce film. Les droits fondamentaux ne sont que des droits et il faut des batailles souvent longues pour faire que ces droits deviennent des réalités matérielles, et encore ce n’est pas à la constitution de le faire mais à la loi, ce qui est une toute autre histoire et la loi peut-être contestée et cela finit à la Cour Suprême comme le mariage pour tous en juin, la Cour Suprême adoptant à la majorité simple des mesures de constitutionalité pour lesquelles un amendement exigerait des majorités de deux tiers et quatre cinquième.

Il ne reste plus qu’à avoir un acteur de taille pour ce rôle impossible et Daniel Day Lewis est un tel acteur dans la lignée de Dustin  Hoffman et de Jack Nicholson de la génération précédente. Cela devient alors un pur plaisir de voir cet acteur mettre en scène la progressive dégénérescence physique d’un Président usé par ses responsabilités et son courage, sa détermination à réussir là où personne d’autre ne pourrait réussir : libérer les esclaves des USA et libérer l’humanité de l’esclavage.

Je ne regretterai qu’une seule chose. Le film ne montre pratiquement pas la marche triomphale de Grant et de Sherman à travers le Sud, une marche de feu et de plomb sans la moindre pitié pour ceux qui ont des armes contre les armées du Nord. L’horreur de la guerre est très discrètement montrée, même si le bilan de six cent mille morts est répété avec constance.


Saturday, March 16, 2013


Des chercheurs français nient le Code de la Propriété Intellectuelle

Destinataire : mailing liste de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur

Chers collègues,

Ayant envoyé l'email ci-dessous à Philippe Rapatel à propos de l'INIST et n'ayant reçu aucune réponse, je me permets puisque le débat se réouvre sous un autre éclairage de vous le faire parvenir publiquement.

Le rayonnement de la recherche dans le monde n'est pas une question d'accès gratuit mais bien plus d'une communication dans une langue qui concerne plus de 5% de la population mondiale. Il faudrait poser la question de la langue de diffusion et au lieu de dire qu'Obama a recruté une Française comme conseillère, il faudrait bien voir que d'une part elle est au MIT et deuxièmement elle parle l'anglais.

Quant à l'Open Access, je le pratique largement mais cela ne doit en rien être une obligation pour les chercheurs, sinon les chercheurs français iront publier avec royalties dans les pays du copyright et non du droit d'auteur. Demandez donc à Loïc Wacquant pourquoi il publie en anglais et sous copyright donc avec des royalties. Pour ne citer que lui. Dans mon domaine de recherche il y a beaucoup d'Open Access mais Kurzweil met son Reader en open access, des documents courts des années avant 2005, mais tous ses livres sont des entreprises commerciales, d'ailleurs chez Penguin, qui n'accepterait bien sûr pas que des versions open access courent sur l'internet.

Il y aurait des pages à écrire, des livres à écrire sur le sujet. Dans une économie de marché et une société de communication le copyright et les brevets ne sont pas prêts de tomber aux orties et on ne respecte que ce qui a une valeur marchande. Des batailles internationales se mènent sur les brevets piratés par les gens de l'informatique et des téléphones dits "smart", ce qui ne veut pas dire "intelligent", comme le fait remarque Huawei dans sa dernière publicité: Apple, Samsung, Microsoft, Google sont dans des batailles autour de la défense de leurs brevets et le pillé gagne chaque.

Et la presse française se satisfait de quelques millions d'euros de Google négociés hors valeur de marché pour compenser l'accès sur Google à des extraits de presse de ces journaux. Les Allemands semblent plus futés. Les français me rappellent dans cette affaire le maire de mon village qui au début de l'ére des téléphones portables a vendu les trois relais télé du village de montagne à TDF et France Télécom pour un prix ridicule et sans demander un pourcentage sur le trafic téléphonique allant passer sur ces relais. Heureusement que tout le monde n'est pas comme ce maire qui s'appelait Henri Maréchal.

Un vrai débat est nécessaire mais pas sur une seule orientation. Si débat il doit y avoir, ce débat doit avoir lieu avec les syndicats et organisations professionnelless des auteurs et autres bénéficiaires du Code de la Propriété Intellectuelle, car vous niez ce Code de la Propriété Intellectuelle qui est l'outil de la différence culturelle française sérieusement mise en péril par des projets de Bruxelles.

Mégaupload fermé par Obama aux USA réouvre en Nouvelle Zélande. L'accusé de viol de Wikileaks va se faire élire sénateur en Australie. Là aussi il y a eu open access non consenti par qui que ce soit propriétaire des droits vidéos, musicaux, intellectuels patrimoniaux comme moraux, ou simplement des droits à la non publication de courriers privés, même si administratifs. Seriez-vous d'accord pour que demain tous vos dossiers administratifs soient rendus publics et diffusés en open access?

Un débat est nécessaire, et j'espère qu'il pourra avoir lieu en France, sinon il aura lieu ailleurs et les Français seront les seuls encore une fois à nier la propriété intellectuelle quelle qu'elle soit, dans la recherche, et pensez donc l'exemple que cela ferait.

Bonne soirée et bon dimanche



Cher Collègue,

Depuis deux mois le Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs, dont je suis Trésorier Adjoint, discute sur la base de votre information que j'ai transmise et de mes propres informations de l'appropriation malhonnête dont nous (je fais partie de ceux qui ont des articles vendus par l'INIST au seul profit du CNRS) sommes victime de la part du CNRS.

Pour nous il semble qu'il ressorte les faits suivants

1- Un chercheur est payé en tant que chercheur pour son travail de recherche , mais pas pour les résultats de sa recherche qui font l'objet de brevets dans les domaines comme la médecine ou les domaines des techniques et sciences dures (dans le domaine industriel, y compris informatique et logiciel, un "inventeur" salarié n'a pas le droit de propriété sur ses "inventions" qui sont la propriété de son entreprise qui pose et détient les brevets). Il s'agit là de ce que l'on appelle le plus souvent la Propriété Industrielle qui relève de la protection des brevets ("patents" en anglais).

2- Le produit de la recherche est soit une "invention" brevetable, soit une œuvre de l'esprit non brevetable et donc dépendant du Code de la Propriété Intellectuelle qui relève de la protection du droit d'auteur en France ("copyright" dans le domaine anglo-saxon). Notons que ce droit d'auteur est à la fois patrimonial et moral dans la législation française, ce qui implique que le CNRS commet deux délits: il ne rémunère pas le droit patrimonial et il porte atteinte au droit moral qui implique l'accord préalable explicite de l'auteur pour une diffusion publique, raison de plus commerciale.

3- Du deuxième point découle le troisième: toute œuvre de l'esprit non brevetable est couverte dans le monde entier par les conventions et traités de l'OMPI, modulés par les lois nationales, qui posent la protection de l'œuvre et des droits de l'auteur comme une règle universelle inaliénable et pour le droit moral incessible.

4- Dans le cas que vous représentez, celui d'auteurs qui veulent que la circulation de leurs œuvres soit gratuite, cela ne remet pas en cause les lois et les traités OMPI. L'institution qui est à l'origine de cette diffusion dans le cas qui nous concerne ici doit obligatoirement payer les droits d'auteur afférent à l'œuvre. L'auteur qui doit donner son accord explicite à cette diffusion qu'il veuille toucher ou non les droits d'auteur, doit spécifier par écrit à l'initiative préalable du diffuseur son interdiction de toute diffusion commerciale, ou bien l'instance qui doit recevoir les droits d'auteur afférents à cette diffusion commerciale, que ce soit lui l'auteur ou un autre organisme, certainement pas une quelconque agence de droits de copie privée ou autre droit de ce genre car il ne s'agit pas d'une copie privée mais d'une diffusion commerciale. Il peut aussi faire le don de ces droits d'auteur à une institution, généralement alors pour des raisons d'ordre moral et caritatif: le cas le plus célèbre est la cession du copyright de Peter Pan à un hôpital.

Je me permets de citer l'information du copyright de cette œuvre diffusée par

When Barrie gave the rights in Peter Pan to the Great Ormond Street Hospital in 1928, he wasn’t just giving the play, but the whole concept of Peter Pan, known in legal terms as The Peter Pan Gift, which embraces all of Barrie’s writings in which Peter Pan puts in an appearance - e.g. Tommy & Grizel, The Boy Castaways, The Little White Bird, Anon: A Play, Peter Pan in Kensington Gardens, Peter & Wendy, etc. When The Lost Boys was made in 1978, the Hospital generously accepted a token payment from the BBC since the budget was very tight. My own budget for the book was even tighter as it came out of my own somewhat threadbare pocket, and in the circumstances the Hospital kindly allowed me to quote freely without making any charge at all. It therefore seems only fair that they should now own the book itself, and since this website is an extension of that book, they necessarily own the copyright in the material on this website.

Le cas de la BBC est clair: le détenteur du copyright a décidé de faire bénéficier la BBC d'un taux symbolique mais pas d'un taux zéro, bien que celui-ci pourrait être possible mais serait criticable pour une chaîne de télévision publique qui attire des financements divers par des taux d'audience qui eux varient en fonction de la notoriété d'une œuvre ou d'un auteur. C'est d'ailleurs pour cela que les intellectuels qui sont sollicités dans les émissions télévisuelles n'interviennent pas gratuitement, car tout travail mérite salaire, et le travail de l'auteur dans l'œuvre qu'il a créée et qui est protégée justifie ce salaire quand cette œuvre qui contient la valeur ajoutée de ce travail est diffusée, y compris si cette œuvre est une interview originale et unique.

C'est bien d'ailleurs pour cela que les Fournisseurs d'accès, dans leurs pages d'accueil utilisent des œuvres ou des références à des œuvres car ces œuvres ou les critiques et présentations de ces œuvres (qui sont des œuvres en coi même si d'ordre journalistique) attirent un public et c'est le flux du public sur un tel site qui attire les recettes publicitaires, ce qui justifient la demande que les fournisseurs d'accès et des sites comme Youtube, Deezer et quelques autres paient des "royalties" aux diverses instances de perception, ce que certains font déjà.

Il me semble nécessaire d'envisager une discussion publique dans un avenir proche de ces principes, mais dans un premier temps j'aimerais pouvoir rencontrer et discuter ces points avec les représentants du collectif qui est derrière les actions et poursuites contre l'INIST. Pourriez-vous leur faire parvenir ce mail ou bien me faire parvenir leurs coordonnées.

Je vous en remercie par avance et vous souhaite une bonne fin d'année.


LE MONDE Sciences
Qui a peur de l'open access ?
Le | 15.03.2013 à 12h39 • Mis à jour le 15.03.2013 à 15h28Par une communauté de responsables d'universités, d'enseignants-chercheurs, d'éditeurs et de responsables de bibliothèques
En juillet 2012, la Commission européenne a émis une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c'est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics (Lire Le Monde 28 février 2013). La Commission considère en effet qu'une telle démarche est nécessaire pour renforcer la visibilité de la recherche européenne à l'horizon 2020, en levant progressivement les obstacles qui se dressent entre le lecteur et l'article scientifique, après un éventuel embargo de six à douze mois. Cet avantage, l'Amérique latine, par exemple, l'a déjà saisi depuis une décennie en lançant de puissantes plateformes de revues en accès ouvert. Scielo et Redalyc, qui comptent à elles deux près de 2000 revues ont considérablement gagné en visibilité grâce à l'accès ouvert : le portail brésilien Scielo est désormais plus consulté que l'américain Jstor. Ces exemples montrent que l'accès ouvert change le rapport de forces dans un monde dominé par des groupes détenant des portefeuilles de milliers de revues majoritairement de langue anglaise : il ouvre la porte à ce qu'on peut appeler une véritable bibliodiversité en favorisant l'émergence d'une pluralité de points de vue, de modalités d'édition, de paradigmes scientifiques, de langues.
 Etre en tête du mouvement
Certains acteurs français de l'édition de revues en sciences humaines et sociales (SHS) se sont émus de ce qu'ils ont perçu comme une menace pour un modèle économique fragile. En fait, il serait souhaitable d'analyser précisément l'activité de ce secteur en identifiant les sources et modes de financements directs et indirects, publics et privés, de cartographier les rôles des différents acteurs en cernant la plus-value apportée par chacun afin de déboucher sur une véritable analyse des coûts. Craindre l'accès ouvert nous paraît relever d'une vision étroite et, pour tout dire, erronée de l'avenirIsoler, aujourd'hui, les SHS dans un espace spécifique ferait de ce dernier un conservatoire voué à la disparition. Selon nous, les SHS peuvent au contraire se placer à l'avant-garde de ce mouvement d'ouverture, en raison même de la demande sociale grandissante dont elles sont l'objet (nous estimons le cumul des visites sur Cairn, OpenEdition, Erudit et Persée à environ 10 millions de visites mensuelles !). Les inquiétudes exprimées par nos amis et nos collègues sont à cet égard largement infondées. Non seulement la part des ventes hors des institutions d'enseignement supérieur et de recherche est faible dans l'économie des revues SHS qui reste très largement subventionnée directement ou indirectement par des fonds publics, mais il existe aujourd'hui des modèles économiques nouveaux qui renforcent la position des éditeurs sans pour autant faire payer les auteurs, comme le démontre le succès du programme Freemium promu par OpenEdition, une initiative française. Des solutions permettant de financer une édition électronique ouverte de qualité sont en train d'être inventées et de prouver leur efficacité, de Scielo à Public Library of Science (PLOS), de Redalyc à OpenEdition. Il serait désastreux que les SHS se placent en retrait de ce puissant mouvement d'innovation qui reconfigurera sans doute durablement le paysage scientifique; elles doivent au contraire faire partie des disciplines en tête de  ce mouvement, comme dans les mondes hispanophone et lusophone. La résistance de certains de nos collègues à cette évolution paraît être un calcul à trop court terme face aux gains scientifiques, pédagogiques potentiels et, in fine, à la démocratisation de l'accès au savoir.
 Un savoir enfermé derrière des barrières est un savoir stérile
La question, selon nous, n'est pas seulement d'ordre économique et commercial. Même si le problème posé par l'existence d'un oligopole Elsevier/Springer/Wiley pèse fortement sur les budgets des universités et si le mode de financement de l'édition universitaire mérite d'être repensé, c'est avant tout, avec l'accès ouvert généralisé, de politique scientifique qu'il s'agit. En effet, la connaissance ne saurait être traitée comme un bien classique et la circulation des savoirs est aujourd'hui plus que jamais un enjeu de société : il nous est possible de mettre en œuvre une révolution dans la démocratisation de l'accès aux résultats de la recherche. Unsavoir enfermé derrière des barrières et accessible aux seuls happy few des universités les plus riches est un savoir stérile, et pour tout dire confisqué alors qu'il est produit grâce à des financements publics. Dans ce débat, les établissements d'enseignement et de recherche ont un rôle clef à jouer. La diffusion des connaissances et des résultats de la recherche et leur communication auprès du plus grand nombre font partie de leurs missions. Unepolitique scientifique bien pensée requiert dans ces conditions la construction d'infrastructures numériques publiques, mais aussi des politiques éditoriales innovantes, favorisant les croisements disciplinaires, les nouvelles formes d'écriture, le multilinguisme et la diffusion la plus large.
Qui a peur de l'accès ouvert? L'accès privatif bride la dissémination des idées et est inadapté aux nouveaux paradigmes offerts par le numérique. Il est temps devoir dans le Web une formidable occasion dans le domaine de l'innovation, de la diffusion des savoirs et de l'émergence de nouvelles idées.
Nous n'avons pas peur de l'accès ouvert. Sortir les savoirs des silos et des frontières des campus, c'est les ouvrir à tous, c'est reconnaître à la connaissance un rôle moteur dans nos sociétés, c'est ouvrir des perspectives d'enrichissement collectif.
N'ayez pas peur de l'accès ouvert ! Il est désormais possible de fonder un nouveau contrat scientifique, éditorial et commercial entre chercheurs, éditeurs, bibliothèques et lecteurs pour entrer véritablement dans une société de la connaissance partagée, dans une démocratie du savoir.

Vous pouvez vous associer à ce texte en signant sur le site "I love open access"
une communauté de responsables d'universités, d'enseignants-chercheurs, d'éditeurs et de responsables de bibliothèques
Premiers signataires
Présidents d'universités, directeurs de MSH, responsables nationaux :
Jean-Paul Saint-André, président de l'université d'Angers ; Pascal Arnaud, Membre de l'Institut Universitaire de France, Directeur du Département Sciences Humaines et Sociales Agence Nationale de la Recherche, Professeur d'Histoire du Monde Romain, Université Lyon2 ; Serge Bauin, Directeur de l'information scientifique et technique (DIST) du CNRS ; Denis Bertin, Vice-Président du Conseil scientifique de l'Université d'Aix-Marseille ; Fabienne Blaise, Présidente de l'Université Lille 3, ancienne directrice de la revue Methodos ; Pascal Buléon, directeur de recherche CNRS, directeur de la MRSH CNRS-Université de Caen ; Calogero Conti, Recteur de l'Université de Mons ; Marie-Luce Demonet, Professeur à l'Université de Tours, Institut Universitaire de France, directrice de la Maison des Sciences de l'Homme Val de Loire ; Lise Dumasy, Présidente de l'université Stendhal, Grenoble 3 ; Emmanuel Ethis, Président de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse ; Jean-Emile Gombert, Président de l'Université Rennes 2 ; Jean-Paul Lambert, Recteur de l'Université Saint-Louis - Bruxelles ; Daniel Lançon, Vice-Président du Conseil scientifique de l'université Stendhal, Grenoble 3, directeur des ELLUG (Éditions littéraires et linguistiques de l'Université de Grenoble) ; Pierre Mœglin, Directeur de la Maison des sciences de l'Homme Paris Nord, USR CNRS 3258 ; Jürgen Renn, Directeur du Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte ; Bernard Rentier, Recteur de l'Université de Liège ; Laurent Romary, Directeur de recherche INRIA, Co-directeur de DARIAH, infrastructure numérique européenne, Conseiller à l'information scientifique pour Inria ; Pierre Sineux, Président de l'université de Caen Basse-Normandie ; Rolf Tarrach, Recteur de l'université du Luxembourg ; Michel Wieviorka, Administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH)

Éditeurs, revues et métiers de l'édition :
Confins, Hervé Théry, Directeur de recherche au CNRS (Credal-IHEAL), Professeur invité à l'Université de Sao Paulo ; Criminocorpus, Marc Renneville, Directeur de recherche au CNRS ; Cybergeo : Denise Pumain, Professeur à l'Université Paris 1, Institut universitaire de France ; Distances et Médiations des Savoirs / Distance and Mediation of Knowledge : Martine Vidal, Chargée de mission au Cned ;Monique Grandbastien, Professeur à l'Université de Lorraine ; Pierre Mœglin, Professeur à l'Université Paris 13 ; E-rea, Revue électronique d'études sur le monde anglophone : Sylvie Mathé, Professeur, Aix-Marseille Université ; Éthique publique : Florence Piron, Professeure à l'Université Laval, Québec (Canada) ;Genre, sexualité & société : Marianne Blidon, Maître de conférences à l'IDUP, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, membre du Conseil scientifique de Calenda ;Géocarrefour : Christian Montès, Professeur à l'Université Lumière Lyon 2 et Éric Verdeil, chercheur au laboratoire Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon ; Lectures : Pierre Mercklé, maître de conférences à l'ENS de Lyon ;Nouvelles pratiques sociales : Michel Parazelli, Professeur-chercheur à l'École de travail social, Université du Québec à Montréal ; Revue de la régulation : Thomas Lamarche, Maître de conférences à l'université Paris Diderot - Paris 7 ; TIPA, Travaux interdisciplinaires sur la parole et le langage : Philippe Blache, Directeur de Recherche au CNRS (Laboratoire Parole & Langage), Directeur du Brain and Language Research Institute ; [VertigO] : Éric Duchemin, Professeur associé à l'Institut des sciences de l'environnement, Université du Québec à Montréal, Directeur de [VertigO] – la revue numérique en sciences de l'Environnement, Président-Directeur des Éditions en Environnement VertigO, Canada ; Emmanuelle Corne, Responsable des Éditions de la Maison des sciences de l'homme ; Marin Dacos, Directeur d'OpenEdition ; Pierre Mounier, Directeur adjoint d'OpenEdition ; Anne-Solweig Gremillet, Porteuse du réseau, interdisciplinaire et interorganismes, des métiers de l'édition scientifique publique (Médici) ; Gary Hall, Research Professor, School of Art and Design, Director of the Centre for Disruptive Media, Coventry University, Co-editor of Culture Machine, Co-founder of the Open Humanities Press ; Dominique Roux, Pôle "Document numérique" de la MRSH-Caen et Presses universitaires de Caen ;Alessandra Tosi, Directrice d'Open Book Publishers, Cambridge

Bibliothèques :
Guylaine Beaudry, directrice de la Bibliothèque Webster de l'Université Concordia (Montréal) ; Raymond Bérard, Directeur de l'Agence bibliographique de l'enseignement supérieur ; François Cavalier, Directeur de la bibliothèque de Science Po ; Jean-Pierre Finance, Président du Consortium COUPERIN ; M. Thomas Hickerson, Président de l'Association des bibliothèques de recherche du Canada (ABRC), Vice-Provost and University Librarian, University of Calgary ; Jérôme Kalfon, directeur des bibliothèques de l'université Paris Descartes ; Marie-Pierre Pausch, Responsable du Service des bibliothèques de l'Université du Luxembourg ; Christophe Pérales, Président de l'Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU) ; Bernard Teissier, Directeur de Recherches émérite au CNRS, ancien responsable du réseau national des bibliothèques de mathématiques ; Paul Thirion, Directeur, Réseau des Bibliothèques de l'Université de Liège

Enseignants-chercheurs :
Paul Bertrand, Professeur à l'Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, directeur scientifique du CRN TELMA ; Dominique Boullier, Professeur à Sciences Po, Coordinateur scientifique du médialab de Sciences Po ; Jean-Pierre Demailly, Professeur à l'Université Joseph Fourier de Grenoble, Membre de l'Académie des sciences, Chair of the mathematics committee of Episciences ; Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche au CNRS, responsable juridique de Creative Commons France, Présidente de Communia, l'association internationale pour le domaine public numérique ; Björn-Olav Dozo, Maître de conférences et assistant à l'Université de Liège ; Anne Dunan-Page, professeur Aix-Marseille Université, membre de l'Institut Universitaire de France ; Jean-Louis Fabiani, Directeur d'études à l'EHESS, Professeur à Central European University, Budapest ; Christian Jacob, Directeur de recherche au CNRS, Directeur d'études à l'EHESS ; Jean Kempf, Professeur à l'Université Lumière Lyon 2, ancien directeur des Presses universitaires de Lyon, co-fondateur du projet OAPEN (Open Access Publishing in European Networks) ; Joëlle Le Marec, Professeur, Université Paris 7 ; Claire Lemercier, Directrice de recherches au CNRS, Présidente du Conseil scientifique d'OpenEdition ; Claudine Moulin, Professeur à l'Université de Trèves, directrice scientifique du Trier Center for Digital Humanities et membre du conseil fondateur de DHd, l'association des sciences numériques dans les pays germanophones ; Natalie Petiteau, Présidente du Conseil scientifique de Calenda, Professeure, Université d'Avignon ; Sylvain Piron, Maître de conférences HDR à l'EHESS, Directeur adjoint du Centre de recherches historiques ;Sophie Roux, Professeure, ENS-Paris ; Jacques Sapir, Directeur d'études, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, Directeur du Centre d'études des modes d'industrialisation ; Anne-Marie Turcan-Verkerk (Directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études, Paris; responsable de l'équipex Biblissima)
Appel à témoignages
Chercheurs, quels sont selon vous les défauts du système actuel de diffusion des connaissances ?
Vous êtes chercheur, bibliothécaire, ou éditeur de revues scientifiques : quels sont selon vous les défauts du système actuel de diffusion des connaissances ? Dans la foulée du dossier "savoirs, un bien public convoité", dans le cahier Sciences et Techno du samedi 2 mars, Le Monde souhaite prolonger la discussion sur ce sujet. Vos réactions, commentaires, et récits d'expérience sont bienvenus.
Une sélection de vos témoignages sera publiée sur Le
Open access
·                           A qui appartient le savoir ?

— I love open access

·                                      Tribune
·                                      Signer
·                                      Signataires
·                                      Questions
·                                      Initiatives
·                                      Glossaire

Arguments pour l’accès ouvert aux résultats de la recherche

Tribune initialement publiée le 15 mars 2013 dans Le Monde  par soixante membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, présidents d’universités, directeurs de maisons des sciences de l’homme, éditeurs, revues, représentants de bibliothèques universitaires, enseignants-chercheurs. L’appel est ouvert à tous, ingénieurs, chercheurs, étudiants, documentalistes, bibliothécaires, journalistes, etc.


En juillet 2012, la Commission européenne a émis une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c’est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics. La Commission considère en effet qu’une telle démarche est nécessaire pour renforcer la visibilité de la recherche européenne à l’horizon 2020, en levant progressivement les obstacles qui se dressent entre le lecteur et l’article scientifique, après un éventuel embargo de six à douze mois. Cet avantage, l’Amérique latine, par exemple, l’a déjà saisi depuis une décennie en lançant de puissantes plateformes de revues en accès ouvert. Scielo et Redalyc, qui comptent à elles deux près de 2000 revues ont considérablement gagné en visibilité grâce à l’accès ouvert : le portail brésilien Scielo est désormais plus consulté que l’américain Jstor. Ces exemples montrent que l’accès ouvert change le rapport de forces dans un monde dominé par des groupes détenant des portefeuilles de milliers de revues majoritairement de langue anglaise : il ouvre la porte à ce qu’on peut appeler une véritable bibliodiversité en favorisant l’émergence d’une pluralité de points de vue, de modalités d’édition, de paradigmes scientifiques, de langues.
Certains acteurs français de l’édition de revues en sciences humaines et sociales (SHS) se sont émus de ce qu’ils ont perçu comme une menace pour un modèle économique fragile. En fait, il serait souhaitable d’analyser précisément l’activité de ce secteur en identifiant les sources et modes de financements directs et indirects, publics et privés, de cartographier les rôles des différents acteurs en cernant la plus-value apportée par chacun afin de déboucher sur une véritable analyse des coûts. Craindre l’accès ouvert nous paraît relever d’une vision étroite et, pour tout dire, erronée de l’avenir. Isoler, aujourd’hui, les SHS dans un espace spécifique ferait de ce dernier un conservatoire voué à la disparition. Selon nous, les SHS peuvent au contraire se placer à l’avant-garde de ce mouvement d’ouverture, en raison même de la demande sociale grandissante dont elles sont l’objet (nous estimons le cumul des visites sur Cairn, OpenEdition, Erudit et Persée à environ 10 millions de visites mensuelles !). Les inquiétudes exprimées par nos amis et nos collègues sont à cet égard largement infondées. Non seulement la part des ventes hors des institutions d’enseignement supérieur et de recherche est faible dans l’économie des revues SHS qui reste très largement subventionnée directement ou indirectement par des fonds publics, mais il existe aujourd’hui des modèles économiques nouveaux qui renforcent la position des éditeurs sans pour autant faire payer les auteurs, comme le démontre le succès du programme Freemium promu par OpenEdition, une initiative française. Des solutions permettant de financer une édition électronique ouverte de qualité sont en train d’être inventées et de prouver leur efficacité, de Scielo à Public Library of Science (PLOS), de Redalyc à OpenEdition. Il serait désastreux que les SHS se placent en retrait de ce puissant mouvement d’innovation qui reconfigurera sans doute durablement le paysage scientifique; elles doivent au contraire faire partie des disciplines en tête de  ce mouvement, comme dans les mondes hispanophone et lusophone. La résistance de certains de nos collègues à cette évolution paraît être un calcul à trop court terme face aux gains scientifiques, pédagogiques potentiels et, in fine, à la démocratisation de l’accès au savoir.
La question, selon nous, n’est pas seulement d’ordre économique et commercial. Même si le problème posé par l’existence d’un oligopole Elsevier/Springer/Wiley pèse fortement sur les budgets des universités et si le mode de financement de l’édition universitaire mérite d’être repensé, c’est avant tout, avec l’accès ouvert généralisé, de politique scientifique qu’il s’agit. En effet, la connaissance ne saurait être traitée comme un bien classique et la circulation des savoirs est aujourd’hui plus que jamais un enjeu de société : il nous est possible de mettre en œuvre une révolution dans la démocratisation de l’accès aux résultats de la recherche. Un savoir enfermé derrière des barrières et accessible aux seuls happy few des universités les plus riches est un savoir stérile, et pour tout dire confisqué alors qu’il est produit grâce à des financements publics. Dans ce débat, les établissements d’enseignement et de recherche ont un rôle clef à jouer. La diffusion des connaissances et des résultats de la recherche et leur communication auprès du plus grand nombre font partie de leurs missions. Une politique scientifique bien pensée requiert dans ces conditions la construction d’infrastructures numériques publiques, mais aussi des politiques éditoriales innovantes, favorisant les croisements disciplinaires, les nouvelles formes d’écriture, le multilinguisme et la diffusion la plus large.
Qui a peur de l’accès ouvert? L’accès privatif bride la dissémination des idées et est inadapté aux nouveaux paradigmes offerts par le numérique. Il est temps de voir dans le Web une formidable occasion dans le domaine de l’innovation, de la diffusion des savoirs et de l’émergence de nouvelles idées.
Nous n’avons pas peur de l’accès ouvert. Sortir les savoirs des silos et des frontières des campus, c’est les ouvrir à tous, c’est reconnaître à la connaissance un rôle moteur dans nos sociétés, c’est ouvrir des perspectives d’enrichissement collectif.
N’ayez pas peur de l’accès ouvert ! Il est désormais possible de fonder un nouveau contrat scientifique, éditorial et commercial entre chercheurs, éditeurs, bibliothèques et lecteurs pour entrer véritablement dans une société de la connaissance partagée, dans une démocratie du savoir.

Signer la tribune

Plus d’informations

·                                 Arguments pour l’accès ouvert
·                                 Les premiers signataires
·                                 Signer la tribune
·                                 Principales initiatives sur l’accès ouvert
·                                 Questions fréquentes sur l’accès ouvert
·                                 Glossaire


C'est le nombre de signataires qui étaient recensés le 15 mars à 23h


De: "Jean-Paul Revauger"
Objet: Re: [SAES] L'open access en France
Date: samedi 16 mars 2013 17:20

Merci à Jean Kempf d'attirer notre attention sur ce débat essentiel. Le
rayonnement de la "science française", et de notre culture,  dépend en
partie  de notre capacité à fournir au monde un accès gratuit à nos
publications. la frilosité de certains secteurs sur ce plan est tout
bonnement suicidaire. Reste à trouver dans  nos universités les moyens
de financer le travail de mise en ligne etc, qui nécessite des
compétences réelles et du temps. Mais une comparaison des coûts de
fabrication de revues traditionnelles, rapportés au nombre de lecteurs,
à ceux des publications en ligne est éloquente.
La Revue Française de Civilisation Britannique vient de passer à
l'édition électronique, et gratuite, grâce à l'aide de Cercles, et c
'est un bonheur.
Pardon pour la subtile publicité.
Bien cordialement, Jean Paul Révauger.

Le 16/03/2013 15:17, Jean KEMPF a écrit :
> Un appel en faveur de l'open access dans la recherche, sujet qui nous
> concerne tous, et qui risque d'être mis en danger en France en raison
> de réticences mal placées de la part de la communauté, fondées sur des
> caricatures et une mauvaise information
> Il est possible de le signer et de le soutenir au bas de la page du Monde
> Jean Kempf

Jean Paul Révauger
Europe Européanité Européanisation
Université de Bordeaux III

This page is powered by Blogger. Isn't yours?