Wednesday, June 24, 2015


Authors and Composers Union to Members of the European Parliament

De : snac [] 
Envoyé : lundi 22 juin 2015 17:58
À : 'snac'
Cc : 'snac'
Objet : For a coherent development of authors’ rights - Pour une évolution cohérente du droit d'auteur

Dear Members of the European Parliament,

Please find attached our text entitled “For a coherent development of authors’ rights – The authors’ viewpoint” together with a short presentation of our professional organisation.

We consider it legitimate that authors, who are directly affected by the reform plans being considered in the European institutions, should inform you of their position on a number of principles that you will be discussing in the coming weeks.

We hope that our message will engage your attention and be useful to you in the forthcoming discussions.

Yours sincerely,

The President: Simone Douek (
The Delegate General: Emmanuel de Rengervé (

Presentation of the Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs (SNAC)
80, rue Taitbout – 75009 Paris – France

Founded in 1946, the national union of authors and composers, SNAC, unites and represents on a strictly professional level individual creators whose works are included in the respective repertoires of the authors’ societies or are assigned to various beneficiaries.

SNAC has about 1,200 members who are professional authors working in the various creative sectors, particularly writers, comic strip authors (illustrators, colourists and scriptwriters), writers and illustrators of children’s books, film directors, screenwriters and dialogue writers, songwriters, music composers, playwrights, authors of radio documentaries and drama, dubbing and subtitling authors/adapters, choreographers and set designers.

Authors and composers need to be defended in the same way as employees. SNAC federates creators to defend their freedom of expression, working conditions and means of production, in short, everything that underpins a fertile creative environment.

Uniting professional creators from different horizons, SNAC defends the interests of authors and, because it has no financial mandates, claims complete freedom of thought in defending authors and authors’ rights.

While the various forms of creative activities may give rise to specific interests, there is nevertheless one overarching interest that is shared by all creators: the defence of authors’ rights, which are central to their status.

June 2015

For a coherent development of authors’ rights
The authors' viewpoint

A wave of concern is sweeping over authors and the creative world. The European authorities recently announced a plan to reform copyright in the information society. This plan reveals a general criticism of authors’ rights.
The President of the European Commission describes copyright as a “barrier”. His mission letter to the Commissioner in charge of the digital economy and copyright states that “copyright rules should be modernised, during the first part of this mandate, in the light of the digital revolution, new consumer behaviour and Europe’s cultural diversity”.
Does the “modernisation” referred to here mean in fact that authors’ rights are to be devalued as a legal tool, that the ability of European authors to create works and  make a living from their authorship is to be curtailed and that the European cultural industries are to be impeded in their contribution to the real economy?
The European cultural industries represent an economic force and a range of entities that generated a combined revenue of almost €540bn in 2012. They provide jobs to over 7 million people.
Apart from the Internet giants (GAFA), no one would have anything to gain from an economy in which culture and creation, including the richness of linguistic diversity, were increasingly absent.
Authors’ rights are the engine of creativity. For over two centuries, they have demonstrated their capacity to adapt to technological progress. Had they not been essential, authors’ rights would not have survived: the system would have collapsed. Authors’ rights are all modern: they do adapt while retaining the same philosophy and the same goals.
Europe has already “legislated” in the field of authors’ rights and within sectors formed by the cultural industries. Some directives are too recent for their impact to be known at this stage. It would be counterproductive to add further legal texts without making a precise assessment of them.
Authors’ rights do not impede the new behaviour of Internet users: in the digital economy, everyone is already enjoying more freedom, larger variety and better access to knowledge and to protected content.
For authors and the creative world, the question is why and how to modernise the rules pertaining to authors’ rights. 

For a coherent development of authors’ rights

To reform does not mean to abolish ; it involves building without starting by destroying. The need for reforms should be evaluated, together with their objective justifications for them and effective benefits.
As a prerequisite to any change, legal and economic studies should assess the situation in each of the Member States and the impact that any modification of the legal rules would have on European creators in particular, and their ability to carry out their creative activities.
Yet no such prior assessment was suggested in the report recently submitted by MEP Julia Reda (who, moreover, represents the Pirate Party) evaluating Directive 2001/29 May 22th 2001 on the harmonisation of certain aspects of copyright and related rights in the information society.

Harmonising a legal framework: the stakes

Droit d’auteur and other authors’ rights systems, on the one hand, and the copyright system, on the other hand, are based on different legal rules which are primarily designed to establish a balance between the protection of authors and the protection of holders of the exploitation rights in a work.
These two systems currently co-exist peacefully and efficiently in Europe.
However, as each of these legal philosophies has its own logic, they are not “soluble” in a single European directive. Undermining certain foundations of authors’ rights or copyright could destroy a legal framework that proved to be source of wealth.
If there is to be a proposal aimed at harmonising the legal framework applicable to authors’ rights and the protection of the property right in creative works, it is essential the author be the focus of the discussion, strengthening of the authors protection be guaranteed, and the future of the creative professions preserved.
Some “European sub-legislation”, in relation to national laws, could only weaken the protection of authors and the creative professions, including in countries outside the European Union.
There is no real benefit The European Union could ever expect to gain from levelling down in its legislation on intellectual property.

Authorship is a profession

Authors are intellectual workers.
An original work is the signature and the prolonging of the author’s personality; the work that the author created is the expression of his or her thought and his or her art.
Acknowledging that works are the property of their creators does imply legitimate remuneration in return for their assignment of the rights to use or exploit their works. That very recognition – together with the legal ability to transfer rights over the author’s property – that enables a business to invest in the publishing or the production of works.
No business would invest in the development of a creation (and hence in remunerating its author) if it is not legally expect a “return” on its investment. Without the due income from the exploitation or distribution of a work, an author cannot expect to receive remuneration, proportional to the success of such exploitation or distribution. No European citizen can be deprived of fair payment for his or her work by an exceptional law, nor by law made up of exceptions.

Authors’ rights are fundamental rights

Authors’ rights are fundamental rights, as confirmed by the judgment of the European Court of Human Rights (ECHR, January 29th 2008).
Article 27 of the Universal Declaration of Human Rights of December 10th 1948 provides that :
“Everyone has the right to the protection of the moral and material interests resulting from any scientific, literary, or artistic production of which he is the author.”
An essential component of authors’ rights, the moral right, reflecting the deep bond between the creative work and its creator, enables authors to retain their connection with their works, giving them the ability, if they wish, to object to any public distortion of their creative endeavour and thinking.
The moral right cannot and must not be diverted or made subject to conditions; it must remain one of the basic principles of authors’ rights.

Exceptions to authors’ rights

An exception to or limitation on authors’ rights is a partial expropriation of the author’s exclusive property. It is justified only if reasons of superior general interest do exist, outweighing a legitimate individual interest. Accordingly, European legislation on authors’ cannot be built purely on exceptions to the rights.
In accordance with the Berne Convention, an exception to the author’s monopoly must narrowly define the special case or cases involved, must not conflict with a normal exploitation of the work and must not unreasonably prejudice the author’s legitimate interests. Where there are legitimate reasons for an exception, ways of compensating for it, i.e. remunerating the dispossessed owner, among other conditions, should be considered in order to mitigate the effects of that expropriation.
If Europe is willing to make its creativity and cultural heritage keep on thriving, it would not be wise, as a cultural policy, to force authors and other rightholders into be cultural philanthropists ; creating works of authorship is not a public service.
As a matter of fact, exceptions are not to be deemed “entitlements” even for undertakings with a public service mission, whose role should rather be to foster access to culture and its renewal, i.e. finance creators.
The European Union must reaffirm, and show to the world, that Europe will thrive with creators, not against their rights.

And what if the real issues lay elsewhere…

Whether the existing European or national solutions appear not to be (or no longer to be) sufficient remains to be proven. Therefore, targeted legal and economic impact studies in the individual EU Member States must be conducted first.
No new exception or extension of an existing exception can be justified without being precisely defined using clear legal concepts. In addition, the publicly funded institutions responsible for protecting the heritage and for teaching and education cannot regard protected content as “their due” and, in order to strengthen their position, promote the introduction of exceptions to authors’ legitimate property rights in their favour.
Digital economy cannot be addressed only in relation to authors’ rights solely. The creation, development and optimisation of such economy depend on value transfers and mass effects.
More broadly, the question of the digital economy requires consideration of:
·         value sharing between authors and distributors of their works,
·         ways of tackling infringement and piracy of creative works,
·         the legal liability of Internet players (review of Directive 2000/31 on electronic commerce),
·         the transparency of economic flows, and
·         the rules on the treatment of the profits generated by the major players in the digital economy.
Authors and assignees of authors’ rights are sources of economic and cultural wealth. Authors have a legitimate right to enjoy the revenue from their work and their profession.
Everyone should be knowledgeable not only about one’s rights but also about one’s duties when one lawfully accesses works, with regard to one’s use and dissemination. It is legitimate to improve the portability of rights and the interoperability of equipment, without calling into question the economy of certain cultural products at the same time.
Authors’ rights are not at issue in these matters, which require above all reviewing of the rules on electronic commerce and on the organisation of the various markets’ distribution channels in the EU Member States.
Indeed, one of the fundamental issues is that of the financing of cultural content by the major Internet  players  (i.e.  the  ultra-powerful  lobbies  in  Brussels  –  Google,  Amazon,  Facebook  and Apple), because it is protected content that has enhanced and continues to enhance the value of their assets.

SNAC contact :

De : snac []
Envoyé : lundi 22 juin 2015 17:58
À : 'snac'
Cc : 'snac'
Objet : For a coherent development of authors’ rights - Pour une évolution cohérente du droit d'auteur

Mesdames les députées,
Messieurs les députés,

Vous trouverez ci-joint notre texte intitulé « Pour une évolution cohérente du droit d’auteur. Le point de vue des auteurs » ainsi qu'une brève présentation de notre organisation professionnelle.

Il nous semble légitime que les auteurs, directement concernés par les projets de réforme évoqués dans les instances européennes, vous informent de leur position sur un certain nombre de principes dont vous aurez à discuter dans les prochaines semaines.

Nous vous souhaitons bonne réception de ces documents en espérant que notre message retiendra votre attention et vous servira utilement dans les débats qui vont se dérouler.

Croyez à l’assurance de notre très haute considération.

Pour le Snac :
La présidente : Simone Douek (
Le délégué général : Emmanuel de Rengervé (

Présentation du Syndicat national des auteurs et des compositeurs (Snac)
80, rue Taitbout – 75009 Paris – France
Créé en 1946, le Snac unit et représente, sur un plan strictement professionnel, des créateurs isolés, dont les œuvres sont disséminées dans les différents répertoires des sociétés d’auteurs ou cédées à divers ayants droit.

Le Snac compte environ 1.200 adhérents, professionnels des différents secteurs de la création : écrivains, auteurs de bandes dessinées (dessinateurs, coloristes, scénaristes), auteurs ou illustrateurs de livres jeunesse, réalisateurs, scénaristes, dialoguistes de films, auteurs de chansons, compositeurs de musiques, auteurs de théâtre, de fictions ou de documentaires radiophoniques, auteurs-adaptateurs de doublages et de sous-titrages, chorégraphes, scénographes.

Au même titre que les salariés, les auteurs et les compositeurs ont besoin d’être défendus.
Le Snac unit les créateurs pour défendre leur liberté d’expression, leurs conditions de travail, leurs moyens de production, bref, tout ce qui permet l’éclosion des œuvres.

Le syndicat, qui unit des professionnels d’horizons différents, défend les intérêts des auteurs et revendique, compte tenu de l’absence de mandats financiers, une liberté de pensée totale au regard de la défense des auteurs et du droit d’auteur.

Si les diverses formes d’activités des créateurs peuvent donner naissance à des intérêts particuliers, il y a néanmoins, dominant tout le reste, un intérêt commun à tous : la défense du droit d’auteur, qui est au cœur du statut des créateurs.

Juin 2015

Pour une évolution cohérente du droit d’auteur
Le point de vue des auteurs

Un vent d’inquiétude souffle sur les auteurs et le monde de la création. Récemment, les instances européennes ont annoncé un projet de réforme du droit d’auteur dans la société de l’information ; ce projet laisse transparaître une critique générale du droit d’auteur.
Le président de la Commission européenne qualifie le droit d’auteur de « barrière ». Le texte de la lettre de mission qu’il a adressée au Commissaire en charge de l’économie numérique et du droit d’auteur indique : « Les règles du droit d’auteur devraient être modernisées durant la première partie de ce mandat, à la lumière de la révolution numérique, des nouveaux comportements des consommateurs et de la diversité culturelle européenne ».
La « modernisation » ici évoquée signifie-t-elle une minoration du droit d’auteur comme instrument juridique ? Qu’il ne soit plus permis aux auteurs européens de créer des œuvres et de vivre de ce métier ? Que les industries culturelles européennes soient entravées pour générer de l’économie réelle ?
Les industries culturelles européennes représentent une force économique et un ensemble d’entreprises qui ont réalisé environ 540 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2012. Elles sont sources d’emplois pour plus de 7 millions de personnes.
En dehors des géants d’Internet (les GAFA), personne n’aurait rien à gagner d’une économie dans laquelle la culture et la création, richesse linguistique comprise, seraient de plus en plus absentes.
Le droit d’auteur est le moteur de la création. Depuis plus de deux siècles, le droit d’auteur a démontré sa capacité à s’adapter aux avancées technologiques. S’il n’était pas essentiel, le droit d’auteur n’aurait pas résisté : il se serait effondré. Le droit d’auteur est moderne : il s’adapte, en gardant la même philosophie, les mêmes objectifs.
L’Europe a déjà « légiféré » dans le domaine du droit d’auteur et des secteurs des industries culturelles. Certaines directives sont trop récentes pour que leurs effets soient déjà connus. Il serait contre productif de rajouter des textes juridiques sans en faire une évaluation précise.
Le droit d’auteur n’entrave pas les nouveaux comportements des internautes : dans l’économie numérique, chacun jouit déjà de plus de liberté, de plus de diversité et d’un meilleur accès aux savoirs et aux contenus protégés par le droit d’auteur.
Pour les auteurs et pour le monde de la création, la question est de savoir pourquoi et comment moderniser les règles de droit d’auteur.

Pour une évolution cohérente du droit d’auteur

Réformer ne veut pas dire supprimer, il s’agit de construire sans commencer par détruire. La nécessité des réformes doit être évaluée, ainsi que ses justifications objectives et ses mérites réels.
Des études juridiques et économiques sont un préalable à toute évolution : mesure de la situation dans chacun des états membres, des impacts de la modification des règles juridiques, en particulier sur les créateurs européens et les moyens pour eux d’exercer leurs activités de création.
Or ce travail préalable n’a pas été envisagé dans le récent rapport remis par Julia Reda, la députée européenne (par ailleurs représentante du parti des Pirates) sur l’évaluation de la directive  2001/29  du  22  mai  2001,  relative  à  l’Harmonisation  de  certains  aspects  du  droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information.

Harmonisation d’un cadre juridique : les enjeux

Le droit d’auteur et le copyright relèvent de règles juridiques distinctes, qui visent d’abord à établir un rapport d'équilibre entre la protection de l’auteur et la protection du titulaire des droits d’exploitation sur une œuvre. Ces deux régimes coexistent pour le moment pacifiquement et efficacement en Europe.
Mais chacune de ces philosophies juridiques ayant sa propre logique, elles ne sont pas   « solubles » dans une seule directive européenne. Saper certains fondements du droit d’auteur ou du copyright, c’est risquer de détruire une construction juridique, source de richesses.
Pour harmoniser le cadre juridique applicable au droit d’auteur et à la protection de la propriété sur les œuvres de l’esprit, il faut mettre l’auteur au centre de la réflexion et garantir un renforcement de la protection des auteurs et du sort réservé aux métiers de créateurs.
Une « sous législation européenne », par rapport à des législations nationales, affaiblirait la protection des auteurs et les métiers de créateurs, y compris dans des pays n’appartenant pas à l’Union européenne.
L’Union européenne n’aurait aucun bénéfice réel à attendre si elle envisageait de mettre en place dans sa législation sur la propriété intellectuelle un nivellement par le bas.

Être auteur est un métier

L’auteur est un travailleur intellectuel.
Une œuvre originale est la marque et le prolongement de la personnalité de l’auteur ; l’œuvre qu’il a créée est l’expression de sa pensée et de son art. La reconnaissance de la propriété du créateur sur son œuvre justifie le paiement d’une rémunération en contrepartie de la cession des droits d’utilisation ou d’exploitation sur son œuvre. C’est cette reconnaissance -et la possibilité juridique de transférer des droits sur la propriété de l’auteur- qui permet à une entreprise d’investir dans l’édition ou dans la production d’une œuvre.
Aucune entreprise n’investira dans le développement d’une création (et donc dans la rémunération de son auteur) si elle n’a pas la possibilité légale d’attendre « un retour » sur ses investissements. Sans ces recettes, liées à l’exploitation ou à la diffusion d’une œuvre, l’auteur ne peut espérer aucune rémunération proportionnelle au succès de la diffusion. Aucun citoyen européen ne saurait être privé par une loi d’exception, ou faite « d’exceptions », de la juste rétribution de son travail.

Le droit d'auteur est un droit fondamental

« Le droit d’auteur est un droit fondamental. » (Arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme - CEDH du 29 janvier 2008).
L'article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 dispose que :
« Chacun a le droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur. »
Composante essentielle du droit d'auteur, le droit moral, lien profond qui unit l'oeuvre de l'esprit à celui qui l'a créée donne à l’auteur la capacité de rester associé à son œuvre. Il lui permet de s’opposer, s’il le veut, à toute dénaturation publique de sa pensée et de son travail créatif.
Le droit moral ne peut, ni ne doit, être détourné ou conditionné, il doit demeurer l'un des principes essentiels du droit d'auteur.

Exceptions au droit d’auteur

Une exception ou une limitation au droit d’auteur est une expropriation partielle de la propriété exclusive de l’auteur. Elle ne se justifie que s’il existe des motifs d’un intérêt général supérieur à un intérêt individuel légitime. Ainsi, un droit d’auteur européen  ne saurait se construire sur les seules exceptions à ce droit.
Conformément à la Convention de Berne, une exception au monopole de l’auteur doit définir, a minima, le ou les cas spéciaux qui sont visés, ne doit pas porter atteinte à l’exploitation normale de l’œuvre et ne doit pas causer un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l’auteur.
S’il était légitime d’envisager une exception, pour atténuer les effets de cette expropriation, il conviendrait de  réfléchir aux moyens de la compenser, c'est-à-dire entre autres résolutions de rémunérer le propriétaire dépossédé.
Si l’Europe veut pérenniser la création et le patrimoine, il ne serait pas de bonne politique culturelle de mettre à la charge des auteurs et des ayants droit une obligation d’être les philanthropes de la culture ; la création d’œuvres de l'esprit n’est pas un service public.
D’ailleurs « l’exception » n’est pas un dû, même pour des entreprises qui assument des missions de « service public », dont le rôle serait plutôt de favoriser l’accès à la culture et à son renouvellement c'est-à-dire de financer les créateurs.
L’Union européenne doit réaffirmer, et démontrer, que l’Europe se fera avec les créateurs et non contre leurs droits.

Et si l’essentiel était ailleurs …

Que les solutions européennes ou nationales existantes ne suffisent pas (ou plus) reste à démontrer. Des études d’impacts économiques et juridiques, ciblées, dans les différents états membres de l’Union européenne sont donc des préalables nécessaires.
Aucune exception nouvelle ou extension d’une exception existante n’est justifiable sans définitions précises usant de notions juridiques claires. Par ailleurs, les institutions en charge de la défense du patrimoine, de l’enseignement et de l’éducation, financées par des fonds publics ne peuvent considérer les contenus protégés comme « leur dû », et pour conforter leur position, promouvoir l’instauration à leur profit d’un régime d’exception à la légitime propriété des auteurs.
La question de l’économie numérique ne peut se poser au regard du seul droit d’auteur. Cette économie se crée, se développe, se valorise grâce à des transferts de valeurs et à des effets de masse.
Plus globalement la question de l’économie numérique doit se poser en appréciant :
·         le partage de valeurs entre auteurs et diffuseurs de leurs œuvres,
·         la lutte contre la contrefaçon et le piratage des œuvres de l’esprit,
·         la responsabilité juridique des acteurs de l’Internet (réouverture de la directive 2000/31 sur le commerce électronique),
·         la transparence des flux économiques,
·         les règles de traitement des profits générés par les grands acteurs de l’économie numérique.
Auteurs et cessionnaires du droit d’auteur sont les sources de la richesse économique et culturelle. Les auteurs ont le droit légitime de bénéficier des revenus de leur travail et de leur métier.
Chacun doit être informé de ses droits, mais aussi de ses devoirs lorsqu’il accède licitement à une œuvre, quant à son droit d’utilisation ou de diffusion. Sans que cela ne remette en cause l’économie de certains biens culturels, il est légitime d’améliorer la portabilité des droits et l’interopérabilité des matériels.
Le droit d’auteur n’est pas en cause dans ces questions qui nécessitent avant tout le réexamen des règles du commerce électronique et celles de l’organisation des circuits de distribution des différents marchés dans les états membres de l’Union européenne.
Car l’une des questions essentielles est celle du  financement des contenus culturels par les acteurs majeurs d’Internet (lobbys surpuissants à Bruxelles - Google, Amazon, Facebook, Apple) : ce sont les contenus protégés qui ont fait et font toujours la valorisation de leurs actifs.

SNAC contact :

Comments: Post a Comment

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?