Saturday, October 12, 2019

 

By far better than Hercule Poirot



Jack Frost and Climate Change


Medium.com, 1979   Jacques Coulardeau

He is as cold as a draft in a subway under the North Pole. He is enigmatic and surprising, unforeseeable at all. Yet he is one pretty good copper who can investigate any crime and come to the truth 9.5 times out of 10 in a jiffy.
He is British, but from the North of England, which makes him more than temperamental and empathetic. He knows what suffering is but he has perfect empathy and no pity.
He is very harsh on criminals because he cannot really understand how and why human beings can be so cruel to other human beings.
Luckily he retires to a happy third life but after a severe and dramatic crisis.


Publication Date: 1979
Publication Name: Medium.com


 

Stephen King and his Metaphor of Education



Stephen King, the Blacker, the Bleaker


This is the latest novel by Stephen King, and another is announced for, November.
This novel is a complete metaphor of the education system in our advanced countries that is pushed just slightly over the fence or down some cliff.
The motivation of the education system in our countries is entirely and uniquely political and ideological, literally manipulated, invaded and even colonialized by churches, when it is not sects, by ideological visions from communist to fascist, and they will all say they are neutral and are only teaching the truth.
But the worst part of it is that it uses all kinds of duress and punishment to impose a certain preconceived, prefabricated behavior in the kids.  And the only way is to resist, to rebel, to stand up, speak up and shut up in due time when some redress has been achieved, obtained, conquered.
Unluckily, the battle is clear, but the victory is uncertain, and even highly improbable.
What kind of leash can we put on the education system for it not to become a deportation camp, a concentration camp, a gulag outside Washington DC, or Paris, or London, or Berlin, or Tel Aviv? Is there a leash to hold this terroristic education system down in its kennel and away from its instinctive inclination to bite the caravan that has to pass in front of this beast shelter that schools are?
Enjoy Stephen King, and Long Live the King.


Publication Date: 1979
Publication Name: Medium.com


Saturday, October 05, 2019

 

Better live in angst than die in fear



L’UNIVERS BRÛLE

 

Contre la montée de l’esclavage internautique il n’y a qu’une solution, l’imagination.
Contre l’émergence de la soumission à la fascination onirique et mélodramatique des enfers sociaux il n’y a qu’une fuite libératrice dans les bas-fonds mielleusement bouseux du délire.
Contre la montée des eaux il n’y a qu’une seule façon de ne pas finir noyés, et c’est d’apprendre à nager comme des requins et à dévorer les amateurs qui veulent juste barboter notre fric et flotter au-dessus de la mêlée.
Contre les brutes harcelantes qui pensent avec leurs hormones prenez le taureau par les cornes et enfilez-le par devant par derrière à l’endroit à l’envers et dites-vous bien qu’il en restera toujours un morceau pour le chien.
Ne vous en laissez pas conter de toutes les couleurs, jaune, rouge, noir, bleu marine, ou même vert, car en fait l’important est de n’avoir que l’amour de la peur du supplice et l’adoration de la frayeur de la croix.
Plus tu as froid dans le dos, plus tu souilles tes couches-culottes, plus tu as d’avenir dans ce monde : il n’y a pas de plaisir qui ne soit un peu foireux, à l’empoigne autant qu’à la levée des corps.
Il y a tellement de feu dans les mots et de fiel dans les points-virgules que ces histoires risquent de voue surprendre un peu et de vous titiller là où ça vous gratouille, mais que c’est bon de se grapiller un peu de jouissance dans la glu mesmérisante de l’horreur maravoûtante.
Alors prenez la route et allez-y franchement.
Au plaisir de vous voir écouter et de vous entendre grogner avec la bête.
Jacques COULARDEAU




 

Chaplin Charabia Modern time



Greater than him you die

Friday, October 04, 2019

 

Misérabilisme de seervice


ARNAUD DESPLECHIN – ROUBAIX UNE LUMIÈRE - 2019


Petit film par le sujet, peut-être sauvé du naufrage par le réalisme ethnique, cependant un tantinet excessif, surtout sur la misère justement synonymes d’ethnicité, mais aussi de femmes isolées, avec un soupçon lourd d’alcoolisme, d’absence de travail, et pourtant plusieurs caractères ethniques sont sauvés des accusations d’autres pas ethniques du tout parce qu’ils travaillaient quand on les accusait de commettre un crime. Mais dire que Roubaix croule dans la misère est faux car Roubaix a une économie de marché noir à faire frémir. Il est vrai que comme cela est bien connu, justement des flics, les plus gros trafiquants dans ce domaine ont dû se déplacer vers quelques banlieues plus lointaines, mais pas Tourcoing car Roubaix est Algérien kabyle et Tourcoing est Algérien arabe. Mais Lille, Wazemmes par exemple, ont quelques moyens dans ce domaine.

La vision de la ville est absurdement squelettique à tous les sens. On ne voit rien de la ville. On voit une station de métro déplorable alors que la ligne 2 est quasi neuve. On nous montre une courée en état de délabrement sans pareil, mais où ont-ils trouvé cette ruine ? C’est au mieux un squat. Il y a 25 ans les courées étaient en voie de disparition et il n’en restait guère qu’à l’Épeule. Mais de Roubaix même vous ne verrez rien, une vague image en fond d’écran avec la mairie toute en lumière artificielle et c’est tout. Le nouveau commissariat, certes non, les grandes avenues absolument pas. Même le Parc Barbieux n’est peut-être même pas le Parc Barbieux, le Beau Jardin. Et ne parlons pas de la langue. L’accent du Nord, le picard de Roubaix ont disparu. Une ou deux expressions et c’est tout. L’accent lui-même effacé au profit d’un accent français sous-standard homogénéisé et un accent magrébin digne de Belleville ou du 93. Lamentable.

La délinquance de Roubaix c’est le marché noir, le trafic de drogue, mais en plaque tournante, la prostitution y compris de jeunes adolescents, plus que de jeunes adolescentes. Le textile est parti. Il a commencé à brûler à la mi-années 70 quand j’arrivais à Roubaix, et quand elles ne brûlaient pas, les usines, elles étaient fermées de toute façon. Où est la lainière ? La Redoute ne fait pas ou plus dans le textile. Et pourtant la ville est devenue une annexe des universités de Lille avec plusieurs départements installés en dur dans des bâtiments ou usines historiques, sans compter les Archives du Monde du Travail. Ne parlons pas des écoles supérieures d’Arts Appliqués et des BTS de haut niveau, audiovisuel ou informatique, sans oublier le Fresnoy, centre de formation audio-visuel et cinéma qui recrute à niveau licence au niveau européen.

Les une ou deux familles magrébines montrées dans le film ne correspondent pas à ce que ces familles sont, et je ne pense pas que les choses aient changé à ce point depuis vingt ans. Roubaix a simplement souffert d’avoir été gouverné de 1880 à 1983 par des socialistes, communistes et autres partis de gauche extrémistes dans le discours classe contre classe avec des vedettes dans le domaine comme Jules Guesde (il a sa statue et sa place quelque part, et pour faire plus récent, Emile Duhamel, le dernier adjoint au maire communiste de 1977 à 1983. Et ce discours a été tellement efficace avec grèves et autres perturbations de toute production que le patronat a préféré importer de la population étrangère de façon régulière depuis le 19ème siècle jusqu’à « toujours » des Flandres belges, les « pots-au-burre », comme on les appelait en ce temps là :

J’n’aime pas les pots-au-burre
Tout l’monte comprindra cha
Ch’est la peste et j’vous l’jure
A Roubaix y n’a qu’cha

puis Polonais (la seule église catholique polonaise de France est à Roubaix, puis magrébins avec sélection « naturelle » au profit des Kabyles et Berbères, plutôt que de continuer à employer des ouvriers à niveau CAP au plus, et encore parfois maigre, mais qui exigeaient d’être payés comme des techniciens au moins moyens. L’augmentation du smic en particulier a tué la ville en faisant fuir les travailleurs français de la ZUP nord-est pour les villes de banlieue, puis les quartiers standing moyen du centre-ville de l’Avenue des Nations Unies, une folie de planification urbaine de l’ère socialiste séculaire. Et les meilleurs, s’entend les enfants, ont quitté Roubaix aussi vite qu’ils le pouvaient pour leur éducation supérieure et pour leur carrière professionnelle.


Si vous n’êtes pas dans le marché noir de pièces automobiles ou de drogue, vous n’avez rien pour vous. Si vous êtes sans qualification, mère célibataire, un peu handicapé, beaucoup penché vers la bouteille de bière, ou plus fort, vois devenez un squatter dans des conditions infernales et vous n’avez alors pas d’espoir et donc pas d’avenir. Et personne ne s’occupera de vous, sauf la police bien sûr. Si le commissaire concerné dans le film est lui-même arrivé à Roubaix du Maghreb quand il avait sept ans et qu’il a su monter un peu dans la société, au point d’être attiré par la police qui a une Ecole Nationale de Police justement à Roubaix depuis le début des années 1990, vous avez de la chance car il ne va pas vouloir vous massacrer. Mais il vous tirera les vers du nez, même si on devrait dire les verres du nez, vu que vous buvez de la bière au petit déjeuner et du Wambrechies pour réussir à sortir at aller chercher votre pain quotidien, si vos pensions diverses at aides alimentaires ne sont pas taries pour un jour ou deux. Mais comme le film est à Noël les restaurants du coeur marchent à fond. Coluche est bien la coqueluche de ces « pauvres ».

C’est le discours misérabiliste réformiste en vogue dans les milieux petite classe moyenne, moyennement éduquée et totalement coupée de la réalité réelle. Il fait si bon de rester dans le cocon de la réalité corrigée des variations saisonnières. On aurait pu faire un autre film sur Roubaix, et définitivement sur le sujet de l’aliénation sociale. On a fait là un truc qui sera mort dans à peine douze mois.

Dr. Jacques COULARDEAU


Thursday, October 03, 2019

 

Il est enfin né le divin enfant, Emmanuel avec nous.

MICHEL CAUBET TUTTI FRUTTI STRING


Ils me demandent tous qui est ce Michel Caubet. Mais ce n'est ni un fantôme, ni un spectre, ni même un revenant, même s'il revient de loin, le Pacifique Sud.
C'est un esprit qui a la plume facile et qui manie le verbe de façon caustique comme Boileau, le célèbre Boileau, celui de la Corneille qui Boileau de La Fontaine aux pieds du Jeune Turenne. Il ne manque à cela que le Bossu et d'Artagnan.
Et quand il a une heure à ne rien faire, il s'adonne à la traduiction du grec ancien, dont il est agrégé, et à l'écriture de nouvelles ou de pièces de théâtre, dont lui i' n'étot nin agrégé (en picard dans le texte).
Désagrégé, vous dites? Mauvaise langue, langue de serpent, anguille pas sous roche du tout et stingray électrifiante, électrisante et électrifiée. Aïe, Ouille, Mais c'est que je te me les quaille, les quouilles.
PREVIEW RETROSPECTIVE
https://www.academia.edu/40227365/Michel_Caubet_Couleur_Arc-en-Ciel_Mon_Mari_PAGE PERSONNELLE
https://independent.academia.edu/MichelCaubet 

Mais non Toto, tu n'as pas une grosse tête, mais enlève donc la miche de quatre que tu as mise dans ta casquette de baise-bol.
Jouissez du grec ancien, profitez des sarcasmes, ingurgitez un peu de spiritualité, et finissez avec quelques spiritueux.
Bon réveil demain matin.
Mais ne vous effrayez pas JC va venir vous réveiller et vous ramener au monde des vivants.
Jacques COULARDEAU, dit le Bi-Docteur, à la fois Jésus et son son frère Jacques. Un couple infernal au service du sauvetage de l'humanité, et c'est que c'est plutôt mal parti.

Publication Date: 2017
Publication Name: Kindle Direct Publishing


Tuesday, October 01, 2019

 

Un esprit qui délire



L’UNIVERS BRÛLE


Contre la montée de l’esclavage internautique il n’y a qu’une solution, l’imagination.
Contre l’émergence de la soumission à la fascination onirique et mélodramatique des enfers sociaux il n’y a qu’une fuite libératrice dans les bas-fonds mielleusement bouseux du délire.
Contre la montée des eaux il n’y a qu’une seule façon de ne pas finir noyés, et c’est d’apprendre à nager comme des requins et à dévorer les amateurs qui veulent juste barboter notre fric et flotter au-dessus de la mêlée.
Contre les brutes harcelantes qui pensent avec leurs hormones prenez le taureau par les cornes et enfilez-le par devant par derrière à l’endroit à l’envers et dites-vous bien qu’il en restera toujours un morceau pour le chien.
Ne vous en laissez pas conter de toutes les couleurs, jaune, rouge, noir, bleu marine, ou même vert, car en fait l’important est de n’avoir que l’amour de la peur du supplice et l’adoration de la frayeur de la croix.
Plus tu as froid dans le dos, plus tu souilles tes couches-culottes, plus tu as d’avenir dans ce monde : il n’y a pas de plaisir qui ne soit un peu foireux, à l’empoigne autant qu’à la levée des corps.
Il y a tellement de feu dans les mots et de fiel dans les points-virgules que ces histoires risquent de voue surprendre un peu et de vous titiller là où ça vous gratouille, mais que c’est bon de se grapiller un peu de jouissance dans la glu mesmérisante de l’horreur maravoûtante.
Alors prenez la route et allez-y franchement.
Au plaisir de vous voir écouter et de vous entendre grogner avec la bête.
Jacques COULARDEAU

RÉTROSPECTIVE






Saturday, September 28, 2019

 

They believe in the sky



Prehistoric Skyscrapers


The stones are pointing to the sky and yet they prove nothing, except that these men believed there was something to point at in the sky, first of all plenty of stars and planets and the stones were like the map of these celestial bodies.
The stones had their feet and roots well planted in the earth and that proves nothing, except that these men were able to transport the stones and to erect them with their bare hands.
The stones were aligned on the stars and planets and that proves nothing except that they knew the sun, the moon, Venus and some others had cyclical minds and perambulating trajectories.
These men liked these cyclical natural and cosmic events and they understood that this was their real master on earth, even if Venus was not Venus but only the Morning Star or the Evening Star.

Publication Date: 2019
Publication Name: Medium.com


Wednesday, September 18, 2019

 

Le féodalisme SDM est dangereux pour la santé



Loups Garous & Vampires (3)

Jacques Coulardeau, Annunzio Coulardeau, Christophe Semez

Il s'agit ici de la troisième livraison de tous les textes dont je suis l'auteur produits et diffusés par Radio Craponne en 1998-1999 dans le cadre de l'émission « Loups Garous et Vampires, La Descente sur la Ville » en partenariat avec Christophe Semez.
Ici il s'agit de vidéos donnant à entendre les textes mis en voix par moi-même et Christophe Semez sur des images d'Annunzio Coulardeau qui a assuré en son temps une portion de la technique en 98-99 et qui ici a la maîtrise de la création vidéo.
C'était un temps où après plus de vingt ans de travail de création en radio, j'avais comme une palette de voix dignes des meileurs théâtres de marionnettes. Sans fanfaronnades mais sans fausse modestie. Je touche d'ailleurs une pension SCAM à ce titre.


JEAN SANS PEUR PASSE À OLLIERGUES – 1ère PARTIE

JEAN SANS PEUR PASSE À OLLIERGUES – 2ème PARTIE

JEAN SANS PEUR PASSE À OLLIERGUES – 3ème PARTIE

JEAN SANS PEUR PASSE À OLLIERGUES – 4ème PARTIE

JEAN SANS PEUR PASSE À OLLIERGUES – 5ème PARTIE

JEAN SANS PEUR PASSE À OLLIERGUES – 6ème PARTIE


Publication Date: 2019
Publication Name: YouTube.com


This page is powered by Blogger. Isn't yours?